Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brouillard


 

Aurore Antilles

Du froid de la nuit je n'émerge pas.

Pourtant, le matin est là qui chasse les ombres, les conduit dans leur prison.

 

 

première image

 

 

Comme une dorure,

la lumière nuance de gris le noir et le blanc qui fuient.

Comme une parure,

recouvre la terre d'un manteau léger, de lumière éclaboussé.

Comme une brûlure,

le jour éclate, chauffe le monde de couleurs dures.

L'horizon n'est plus qu'un mur. Au loin, se fond dans la lumière, tout au fond, sur la mer, un bateau.

Passe une lueur d'espoir.

Comme une brisure,

s'émiettent les rêves, s'effritent les joies, se perd l'image dans le miroir.

Comme une fêlure,

file le jour vers le soir, gris de noir, sombre de désespoir.

Les ombres s'allongent, souffle le vent.

Revient le temps du songe. Des sables mouvants.

Du jour est né le soir. La nuit revient lestée de noir.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Eve

Être l'Orpailleur qui cherche l'or sans certitude de le trouver...
Voir le profil de Eve sur le portail Overblog

Commenter cet article
K

J'ai bien aimé ce poème, que ce soit du point de vue du contenu en lui-même que de la disposition des vers. =)

Amicalement,
Kervinia


Répondre